Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’était vendredi dernier, 7 juillet, à l’orée des grandes vacances. Tout au long de leur lecture-concert Le cœur à barbe, le comédien Philippe Bertin et la harpiste Claire Duchateau-Malzac ont fait revivre pour nous Erik Satie, le grand compositeur (1866-1925), père des célèbres Gymnopédies, Gnossiennes et autres Morceaux en forme de poire. Compositeur mais aussi écrivain pince-sans-rire, au sens de l’humour aussi singulier que sa musique l’était… Claire Duchateau-Malzac a interprété avec beaucoup de délicatesse des pièces connues et moins connues, restituant toute cette étrange et entêtante tendresse des mélodies de Satie. Passionné par les marginaux littéraires, Philippe Bertin s’est visiblement délecté des courts textes de Satie, sensibles et drôles, vantant avec lui les mérites de la « musique d’ameublement », entre autres. Ce fut une belle soirée que les présents – et les absents – pourront prolonger en empruntant, par exemple :

Monsieur Satie, l’homme qui avait un petit piano dans la tête : fantaisie pour comédien et pianiste (livre-CD, espace Jeunesse, rez-de-chaussée)

Erik Satie, avant-dernières pensées (CD, 1er étage)

3 Gymnopédies (CD, 1er étage)

Correspondance presque complète (livre, 1er étage)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :